Sexualités Humaines n°51
  • Sexualités Humaines n°51 octobre/novembre/décembre 2021


    Dossier : Violences faites aux femmes : de la prévention à la prise en charge


    Extrait du sommaire de ce n°51 :

    . Peggy Gouverneur : Ce que l’injure veut dire… Les injures sexistes représentent l’agression la plus courante dans l’espace public. L’analyse clinique de près de 900 injures sexistes a permis d’établir six vignettes cliniques (l’objet regard, l’objet oral, l’objet anal, le maternel et sa filiation, le féminin disqualifié, le masculin triomphant) permettant de cerner les contours de ces histoires que les hommes se racontent à propos des femmes pour protéger leur désir. Les injures, mêmes pauvres en signifiant, ont ceci de particulier qu’elles représentent une variété de fantasmes dans lesquels la femme est toujours rabaissée à l’objet sexuel dégradé. Ceci peut être exprimé de façon explicite : « Les femmes, c’est fait pour faire le ménage, la bouffe et nous vider les couilles » ou de façon plus implicite : « Alors chérie, tu dois être à quelle heure à la gare ? Tu es pressée ? On pourrait aller faire un petit tour avant, nous deux… ». Dans tous les cas, souligne l’auteure, l’injure permet de restaurer les représentations imaginaires de l’homme dans sa toute-puissance virile..

    . Amira Yaakoubi : Prise en charge des mutilations sexuelles féminines, spécificités de la prescription de la masturbation. Les communautés patriarcales semblent s’accorder sur la nécessité de contrôler l’érotisme féminin. Les mutilations sexuelles féminines forment le moyen le plus extrême de contrôle du corps féminin. « Exciser une femme c’est enlever sa force ». A travers son article, l’auteure expose les enjeux de la prescription sexologique des exercices de stimulation clitoridienne (masturbation) dans la prise en charge et l’accompagnement des femmes ayant vécu des MSF….

    . Marie Victoire Chopin : Place de l’approche sexologique dans la prise en charge des adultes victimes de violences sexuelles sur mineurs. L’intégration d’une approche sexologique dans la prise en charge du sujet traumatisé permet d’améliorer l’efficacité de la démarche thérapeutique globale en reliant la tête au corps. Une sexothérapie joue le rôle d’un catalyseur de la dynamique psychothérapique si introduite d’une manière appropriée et juste à temps..

    . Capucine Massu : Prévention des violences sexuelles chez les enfants de 0 à 6 ans. La parentalité est un processus qui s’étend tout au long de la vie. Quelle place dans l’éducation le parent doit-il accorder à la sexualité chez l’enfant ? Quel message le parent souhaite-t-il transmettre à ses enfants en matière de prévention des violences sexuelles ? La sexualité infantile s’instaure dès la naissance et ne ressemble d’aucune façon à la sexualité adulte : elle est plutôt indifférenciée, désorganisée et autoérotique. Le corps de l’enfant incarne dans son ensemble une zone érogène dont les différentes parties du corps s’éveillent progressivement. Après l’analyse du développement psychosexuel de l’enfant (le bébé de 0 à 1 an, le bambin de 2 à 3 ans, l’enfant de 3 à 6 ans), l’auteure explique comment accompagner le parent qui a besoin d’être aiguillé et surtout rassuré et encouragé dans son rôle d’éducateur. Une communication carencée au sein de la famille, voire inexistante à propos de la sexualité rend potentiellement les enfants plus vulnérables et moins enclins à se protéger. L’auteure détaille les outils mis à la disposition des parents….

    . Amélie Planade-Lancou : Maternité dans les couples de femmes : les droits humains sont-ils respectés ? Cet article porte sur les femmes cisgenres, en couple avec une autre femme cisgenre, avec laquelle elles ont un projet de parentalité, sans investiguer la façon dont celles-ci définissent leur orientation sexuelle..

    . Marie Giraud : Régulation naturelle des naissances et épanouissement sexuel, une combinaison possible pour les femmes d’aujourd’hui ?

    . Agnès Camincher : Education sexuelle en Pologne

    . Clothilde Lalanne : La récompense

    . Art et littérature : Michel Fèbvre : Les grandes amoureuses

    . Marie Noëlle Chaban : Petit billet d’humeur et d’amour… (sous forme de déclinaisons !)


    Livraison : 2 jours plus les délais postaux


    Plus d'informations sur le produit

    unite Revue seule
    envoi France métropolitaine

    Sexualités Humaines n°51

    9,00 €Prix
    TVA Incluse
    • . 1 an FRANCE : 30 € (les 4 numéros)
      . 2 ans FRANCE : 58 € (8 numéros)
      . 1 an hors France : 32 € (4 numéros)
      . 2 ans hors France : 62 € (8 numéros)

    • Le prix indiqué comprend tous les frais d'envoi